Ligne de Front - 1900 / 2000 : un siècle de guerre terrestre : analyse, documents et témoignages

Ligne de Front - 1900 / 2000 : un siècle de guerre terrestre : analyse, documents et témoignages

Ligne de Front hors-série n°34 : 6 juin 1944 - Le Jour le plus Long

Ligne de Front n° 34 : Les espions et la guerre

[ Commander ]

Au sommaire du n°34

DISPONIBLE (8 € frais de port compris)

+ La bataille pour Gela

10-11 Juillet 1943, les jours les plus longs

Au mois de juin 1943, la ville de Gela, au sud-est de la Sicile, compte 32 000 habitants. Elle fait partie d’une série de petites localités situées sur la côte ou l’arrière-pays, comme Sciacca, Porto Empedocle, Agrigente, Licata, Vittoria ou Pozzallo. Ces dernières flanquent la route littorale principale qui longe la côte méridionale de l’île, puis remonte vers le nord, en direction de Messine. Gela se trouve sur une petite hauteur qui s’étend parallèlement à la plage, ample, sablonneuse et déclinant doucement vers la mer. C'est là que, le 10 juillet 1943, prend pied l’une des vagues de l’opération amphibie, composée d’unités américaines. La contre-attaque germanoitalienne, organisée ad hoc les 10 et 11 juillet, menace sérieusement d’anéantir l’une des têtes de pont de l’armée du général Patton.

+ Himmler ou l'obsession de la pureté

L'ascension - 1e partie

Heinrich Himmler, en tant qu’architecte de la « Solution finale », porte une responsabilité écrasante dans la liquidation des opposants en Allemagne et dans la mise en place graduelle du processus d’extermination massive dans les pays occupés. Inextricablement lié à l’histoire du national-socialisme, promoteur d’un ordre païen reposant sur la pureté raciale et parangon d’une moralité particulière, il n’a cessé, jusqu’à aujourd’hui, de susciter incompréhension, dégoût et haine.

+ DOSSIER : Les espions et la guerre

L'espionnage et le sabotage sont les « deux mamelles » de la guerre secrète, et ceux qui recourent à ces activités, qu’ils soient militaires ou civils, sont considérés comme des combattants illégaux. Ils n’ont donc aucune mansuétude à attendre de leur adversaire en cas de capture. La valeur de ces « agents » repose avant tout sur la qualité de leur recrutement, basée sur leurs motivations, la pertinence de leurs analyses, leurs aptitudes à la discrétion ; puis sur leur niveau de formation. Sur le terrain, la finalité de leurs missions n’offre que les options suivantes : le succès, l’échec, la capture, la mort, le retournement, l’exfiltration. Cette dernière est souvent aussi délicate que l’action de sabotage elle-même. Et même si elle réussit, et que le raid a répondu aux attentes, elle ne consacre pas pour autant le succès de la mission : tout dépend du crédit accordé aux rapports. Ainsi, lorsque l’agent britannique Duško Popov « Tricycle » informe avec précision ses supérieurs de l’imminence d’un raid japonais sur Pearl Harbour, il n’est pas cru ; de même que son homologue russe Richard Sorge. Certains agents du camp d’en face connaissent les mêmes déboires, tels le « Druide », le seul agent de l’Abwehr ayant échappé au contre-espionnage anglais en Grande-Bretagne en 1944, lorsqu’il révèle à sa centrale l’imminence d’un débarquement sur les côtes normandes. Mais si certaines opérations sont élaborées avec tout le sérieux possible, on reste toutefois éberlué par la légèreté avec laquelle certaines autres sont traitées : on va découvrir dans ce dossier l’attitude pathétique d’agents de l’Abwehr dans le cadre de l’opération « Condor », plus préoccupés à dépenser les fonds qui leur ont été alloués dans des lieux de plaisir que de remplir leur mission. Alors, comportement dû à un recrutement hâtif, lié à une situation d’urgence ? Pas seulement : ce monde aux frontières floues, déjà mythifié par le cinéma, favorise l’émergence de personnages troubles, ambigus et mythomanes, aux motivations diverses et fl uctuantes.

Richard Sorge, l'espion qui a sauvé Moscou

La face énergique de Richard Sorge est connue grâce à un timbre émis en URSS et en RDA après-guerre. Peu de vraies photographies sont restées de cet homme de l’ombre devenu un mythe. Et le mythe commence par un paradoxe : Sorge est un Allemand qui opère à Tokyo pour le compte du renseignement militaire soviétique. Mais dans le monde obscur de l’espionnage, les dédales les plus compliqués sont l’ordinaire. Qu’en est-il au-delà du mythe ?

Bob Maloubier - Special Operations Executive

Bob Maloubier est l’un de ces agents français du SOE chargés par Churchill de « mettre le feu à l’Europe ». Recruté à Alger en 1942, il va sillonner la France et harceler l’Occupant au moyen de nombreux sabotages, avant de le combattre aux côtés des FTP. Portrait d’un homme d’action hors du commun…

Virginia Hall, une américaine dans la résistance

Secrétaire au Département d’État, Virginia Hall voit sa carrière de diplomate brisée par un accident de chasse qui lui vaut d’être amputée d’une jambe. Dotée d’une vive intelligence, volontaire, polyglotte, cette aventurière n’a que faire de son handicap et gravit les échelons du SOE et de l’OSS pour devenir la terreur du contre-espionnage allemand en France occupée !

L'affaire Ciceron - Le valet de pique de l'Abwehr

C’est l’une des plus importantes affaires d’espionnage de la Seconde Guerre mondiale ; l’une des plus mystérieuses aussi, en dépit – ou à cause – des mémoires de ses protagonistes, du film de Mankiewitz et des révélations sensationnelles de quelques thrillers anglo-saxons. Mais la déclassification récente des archives du MI5 et du MI6 britanniques permet à présent de donner le fin mot de l’énigme – et de voir à quel point la réalité peut dépasser la fiction…

New York, nid d'espions - Quand l'Abwehr s'attaque aux USA

Dès 1939, les services secrets du III. Reich ont la prétention de rééditer les exploits de l’ombre que le Renseignement impérial allemand avait accomplis durant la Première Guerre mondiale sur le continent américain. La côte Est des États-Unis est cette fois la cible principale. Mais les agents envoyés sur place n’auront ni le professionnalisme, ni la motivation, ni la chance de leurs aînés.

Quel arsenal pour un espion ?

Se livrant une guerre sans merci avec des budgets décuplés par l’enjeu, les différents services secrets allemands, britanniques et américains vont développer des équipements spécifiques pour leurs agents en mission clandestine. Que ce soit pour combattre, espionner ou communiquer, ils vont trouver des solutions originales, à défaut parfois d’être efficaces.

Opération « Sallam » - Le patient anglais était hongrois

Sur le modèle du LRDG britannique, les Allemands vont organiser quelques opérations spéciales en plein désert de Libye. Leur objectif est d’infiltrer des agents au Caire, mais pour cela, il faut d’abord traverser toute une « mer de sable »....

+ Hurtgen

Quand il ne fait pas bon se promener dans les bois

Après la campagne de Normandie, les armées alliées entament la poursuite. Tandis que le 21st Army Group de Montgomery s’avance en Belgique, le 1st US Army Group d’Hodges progresse vers les Ardennes et la Lorraine, avec pour objectif la Ruhr. Au sud d’Aix-la-Chapelle (Aachen en allemand), les Américains entrent dans la forêt d’Hürtgen…

+ « Feldherrnhalle »

Splendeur et misère d'une division d'élite

Cette grande unité, qui se veut être le fleuron de la SA armée, est destinée à devenir l’égal de la division d’élite « Großdeutschland », soit une « super-division blindée ». Ce ne sera jamais réellement le cas. En dépit de ses nombreux faits d’armes, elle demeure mal connue, probablement du fait de l’ambiguïté liée à sa création.

Renseignements : Caraktère - 3 120, route d'Avignon - 13 090 Aix-en-Provence - Tél : 04 42 21 06 76

Nouveauté livres :

Trouver un kiosque près de chez vous

NOUVEAU : voici l'outil indispensable pour trouver votre magazine préféré près de chez vous :
www.trouverlapresse.com